1.3 – Le vocatif

Entendre et comprendre, avec l’histoire d’une petite fille qui se rend à la foire (4).

Objectifs

  • Qu’est-ce que le vocatif corse ?
  • Observation et exercices

NB : provenance des extraits sonores utilisés1 ; sources ayant servi à rédiger cet article2.

Le vocatif  : en théorie

Le vocatif est un cas grammatical utilisé pour interpeller ou apostropher quelqu’un.
Ici, le vocatif ne se caractérise pas par une désinence qui lui est propre en fonction de telle ou telle déclinaison (comme c’est le cas en latin ou en grec ancien, par exemple), mais plutôt par une troncation (ce qui est une particularité des parlers italo-romans – dont le corse fait partie).

Le nom apparaît :
– précédé de la voyelle interjective ‘o’
– et sous forme tronquée, tout ce qui suit sa voyelle accentuée ayant été coupé (y compris l’éventuelle consonne qui partage la même syllabe que la voyelle accentuée et qui suit cette dernière).

La forme réduite (par opposition à la forme pleine) ainsi obtenue :
– finit donc par une voyelle (accentuée, c’est-à-dire intensifiée par l’incalcu )
– devient (bien à propos) une parolla mozza3

Le vocatif  : exemples

Carulina

Bruscu

 
Ce dernier exemple illustre le fait que lorsque la syllabe accentuée finit par une consonne, cette dernière (se situant après la voyelle accentuée) est coupée avec le reste du nom :
– le prénom de deux syllabes Bruscu (Brus/cu),
– accentué sur le ‘u’ de la première syllabe (Bruscu),
– est coupé après la voyelle accentuée : Bru|scu > o Brù

 

Le vocatif  : exercices d’observation

> Écouter les mots enregistrés ci-dessous ; constituer et prononcer le vocatif de chacun d’entre eux, puis retrouver la forme réduite dans les échantillons sonorisés ci-après. (Ex. :1-F ; 2-H ; etc.)

Forme pleine

Vocatif

 
> Recommencer l’exercice dans le sens inverse – attribuer à chaque forme réduite sa forme pleine.

Afficher la correctionMasquer la correction

1-D / 2-B / 3-A / 4-E / 5-H / 6-C / 7-F / 8-G


  1. [Car.], [ISet.], [UCor.]. Concernant les ressources utilisées (images, textes et bandes son) et pour retrouver les ouvrages qui correspondent aux abréviations, voir Crédits et droits d’auteur
  2. * FLORICIC, Franck (2011), « Le vocatif et la périphérie du système des cas : entre archaïsmes et innovations. », L’évolution grammaticale à travers les langues romanes, Peeters, pp.103-134, Mémoires de la Société de Linguistique de Paris. [accessible en ligne sur halshs.archives-ouvertes.fr , visité le 15-04-2015]
    * Article Langues italo-romanes de Wikipédia en français (auteurs) – Contenu soumis à la licence CC-BY-SA
    * [UCor.], p. 7-8 ; [Cun.], p.21 
  3. Cf. 1.2 – L’incalcu 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s